Concepts clés

Concepts opérationnels : Le SEI ou Carte Intégrale, le modèle AQAL

SEI veut dire tout simplement « Système d’Exploitation Intégral » autrement appelé Carte Intégrale. Dans un système informatique, le système d’exploitation constitue l’infrastructure supervisante et fédératrice, l’administrateur central, qui permet l’exécution simultanée de plusieurs programmes plus ou moins imbriqués les uns dans les autres. Un système d’exploitation efficace permet l’utilisation performante, concertées et optimisées des ressources système et des logiciels. S’il s’agissait maintenant de « lancer différentes application » de votre vie quotidienne (travail, famille, amis, loisirs…) ou de votre entreprise (production, gestion, recrutement, management, marketing, innovation…) vous voudriez le meilleur système d’exploitation disponible sur le marché… eh bien c’est ce qu’est le SEI, métaphore informatique illustrant la nature complète et inclusive de l’Approche Intégrale. Vous éviterez ainsi les plantages, les conflits, les ralentissements, les mémoires saturées, les mauvaises utilisations des ressources du microprocesseur etc…. (Vous n’aurez pas de mal à trouver des métaphores de ces soucis informatiques à la gestion de la vie personnelle ou de celle d’une entreprise :o).

Par ailleurs, la carte intégrale élaborée par Ken Wilber utilise tous les systèmes et modèles existants qui se sont donnés pour vocation de décrire les processus de croissance, humains ou autre, qu’ils soient individuels ou collectifs, et distille ses ingrédients principaux sous formes de cinq composants simples et présents dans les contours de notre propre conscience : les quadrants (intérieur/extérieur, individuel/collectif), les niveaux (enfant, adulte, vieillard…), les lignes de développement (intelligence cognitive, émotionnelle, relationnelle…), les états (sommeil, éveil, distraction, attention…) et les types (homme, femme). Ces facteurs constitutifs de la carte intégrale peuvent s’appliquer à tout système, humain ou autre, et sont les clés essentielles permettant d’éclairer et de franchir les paliers évolutifs et faciliter des processus de croissance viables et durables.

Pour illustrer cela de façon très succincte ces facteurs, prenons l’exemple d’un ordinateur appréhendé au travers de la carte intégrale. Celle-ci permet:

  • d’embrasser exhaustivement les différents paramètres constitutifs du système (un ordinateur dans notre exemple) en les organisant sur la base d’une représentation en quatre quadrants couvrant tous les » points de vue » envisageables : l’ordinateur en tant que machine physique (individuel extérieur), l’état actuel des données sur le disque dur (individuel intérieur), le réseau physique auquel l’ordinateur est relié (collectif extérieur), les données qu’il échange avec ceux du réseau(collectif intérieur)
  • d’inscrire le contenu de chaque quadrant sur des lignes de niveaux d’évolution étalonnée dans une logique temporelle et évolutive en prenant en compte, les acquis du passé, le niveau de développement actuel et les perspectives de développement futurs. : le boulier, la calculatrice, l’ordinateur classique, l’ordinateur quantique…
  • de prendre en compte l’état du contenu de chaque quadrant à un instant t qui ne correspond pas nécessairement à son niveau d’évolution intrinsèque : l’ordinateur n’est pas encore configuré pour fonctionner de façon optimale.
  • de prendre en compte les sous éléments (lignes de développement) du contenu d’un quadrant qui ne sont pas tous forcément au même niveau d’évolution : la carte mère est très puissante, mais le microprocesseur est une antiquité.
  • de prendre en compte le type particulier du contenu d’un quadrant (par exemple : PC/Mac)

Cet exemple sommaire met en évidence que l’on peut décliner n’importe quel système en fonction des 5 facteurs précités, permettant ainsi de l’aborder de façon globale, inclusive et évolutive. C’est ce que l’on sous entend par Approche intégrale ou Approche AQAL (All Quadrants, All Level).

Ainsi, qu’il s’agisse d’un ordinateur, d’un être humain, d’une entreprise ou de n’importe quel système, le modèle AQAL nous permet d’élaborer une carte intégrale constituant en quelque sorte une carte géographique, topologique, dynamique et exhaustive permettant d’envisager le système étudié de façon… intégrale… Il devient ainsi possible d’organiser la vision de notre système d’une façon globale, cohérente et exhaustive et de l’ouvrir ainsi à toute une gamme de possibilités, de ressources et d’évolutions non encore envisagée auparavant nous prémunissant également des choix délétères ou préjudiciables au système.